Armoirie
Recherche
administration
Pseudo :
Pass :
 Enregistré
S'enregistrer
Perdu votre Pass ?

Articles

  SOMMES NOUS LES DERNIERS CHRÉTIENS?
Catégorie : Assemblée Synodale
Ajouté le : 29/07/2017
Auteur : admin
Lectures : 6502
Note : Non évalué [ Evaluer ]

SOMMES-NOUS LES DERNIERS CHRÉTIENS ?
Jean-Marie R. Tillard, o.p.

Sommes-nous les derniers chrétiens ?

Jean-Marie R. Tillard, o.p.

Les situations et les événements ou aléas de l’histoire chrétienne, même s’ils surprennent, semblent toujours se précéder eux-mêmes, à travers des pensées et expériences prophétiques, dont la mémoire conserve le témoignage. Telle est l’oeuvre du Père Jean-Marie Roger Tillard (1927-2000), dominicain, un contemporain d’Henri Bourgeois. Tous deux théologiens, enseignants, et mobilisés pour l’avenir de la foi et de l’église. Une question posée par l’un et par l’autre, celle de l’identité chrétienne, question-source et, par là même, d’avenir, posée presque dans les mêmes termes, les rapproche singulièrement et mérite une attention.

Sommes-nous les derniers chrétiens ? titrait le théologien dominicain, en 1996, dans une conférence faite lors de l’hommage que lui adressa l’Institut pastoral dominicain d’Ottawa. C’était un an avant que se déclare le mal qui devait bientôt l’emporter.

Seront-ils chrétiens ? avait titré Henri Bourgeois, en 1973, près d’un quart de siècle auparavant, dans le livre réalisé en collaboration avec le service national du Catéchuménat, une création française de 1953, qui entamait alors un second souffle, et dont il cherchait à faire comprendre la nécessité et la portée.

Le rapprochement de ces deux titres est suggestif. Ils témoignent d’une certaine inquiétude, d’une angoisse peut-être, et d’un même refus de considérer le déclin du christianisme comme une fatalité. Mais ils le font dans des moments personnels et des situations différents. L’un est religieux, au terme de ses différents ministères, enseignement et recherches œcuméniques, l’autre en début de ministère diocésain et théologique pour l’initiation des adultes. Tous deux illustrent cette génération post-conciliaire qui contribua à faire que le concile ne reste pas lettre morte. Tous deux en éprouvent dans leur chair et leur esprit, les enjeux et les difficultés, tous deux ont certainement marqué leur temps, et gagneraient à être relus, tant leurs écrits nous paraissent parfois, aujourd’hui encore, nous devancer….

Nous proposons aujourd’hui quelques extraits de la conférence du père Tillard, d’après l’édition qui en fut faite par les éditions Fides, en 1997, dans un opuscule de 47 pages, qui présente aussi les échanges auxquels elle donna lieu. Et nous poursuivrons prochainement, avec des extraits du livre d’Henri Bourgeois. Une belle rencontre, et qui mériterait à elle seule, nous semble-t-il, une étude approfondie. (MLG).


  

Les 4 derniers commentaires

Auteur Commentaire
Aucun commentaire dans la base de données
Commentaires : 0 
[ Consulter tous les commentaires ]
Pseudo :

Generated in 0,04373s