Armoirie
Recherche
administration
Pseudo :
Pass :
 Enregistré
S'enregistrer
Perdu votre Pass ?
20 L'Exaltation Universel...

L'Exaltation Universelle de la Précieuse et vivifiante Croix

En cour de publication

Le 24/09/2015 par admin- Commentaires  (1)
19 Dimanche 16° apres...
Dimanche 16° après la Pentecôte - Dimanche d'avant la Croix
 
Dans son homélie, Monseigneur Dominique nous invite à réfléchir sur le message de la parabole des talents. pour certains le talent est un don que Dieu nous a donné ( être musicien, bon orateur etc.. ) et nous serons jugés en fonction de ce que nous en avons fait. Pour les Pères de l'Eglise, le talent est la grâce de Dieu ; nous devons y répondre par obéissance et l'amour dans l'accomplissement des commandements. La parabole nous parle d'un homme qui est parti en voyage et qui a confié ses biens à ses serviteurs. "A un il donna cinq talents, à un autre deux et à un autre un seul, à chacun selon ses capacités". " Capacité" veut dire dans ce cas invitation à obéir a son maître (à Dieu) à apprendre ses commandements, à les vivre et les aimer par dessus tout. Celui qui a beaucoup d'amour est comme un grand navire dans lequel Dieu peut verser beaucoup de grâces, de nombreux talents. Le premier serviteur avait beaucoup de place pour beaucoup de grâces, son maître lui a confié cinq talents, le second avait moins de place, bien qu'il soit un serviteur fidèle, il reçu deux talents et le troisième n'avait aucune place pour recevoir des talents mais par miséricorde son maître lui a donné une chance, un talent en espérant qu'il l'utiliserait correctement. A son retour le maître a réglé ses comptes avec ses serviteurs. Le premier serviteur sage et diligent a obtenu cinq talents de plus, il a doublé la grâce. Il est de même pour le second et le maître les félicite : " C'est bien, bon et fidèle serviteur, tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup : entre dans la joie de ton maître". Cette parabole nous rappelle un Évangile dans lequel le maître récompensait de la même façon ceux qui avaient travaillé à partir de la première heure et ceux qui avaient travaillé seulement à la dernière heure. Le maître qui rétribue les serviteurs fidèles et les encourage en doublant la mise en fonction des capacités, c'est Dieu miséricordieux qui récompense surtout l'amour que nous avons pour Lui notre volonté à essayer de changer ce qui n'est pas en accord avec Lui. Quand nous soumettons nos passions, Notre Seigneur nous donne encore plus ; il nous donne ce que nous sommes en mesure de supporter. Pour le moment nous ne pouvons pas encore être remplis de ce qu'il voudrait nous donner. Nous n'avons pas encore l'intelligence, l'esprit, la pureté : mais peu à peu nous sommes purifiés si nous changeons, si nous utilisons les talents qu'il nous a donnés. Dieu voit si nous luttons, si nous nous efforçons de suivre le Christ. Pour Saint Jean Chrysostome, Père de l'Eglise, il faut entendre par talent tout ce par quoi chacun peut contribuer à l'avantage de son frère : soit en le soutenant de son autorité, soit en l'aidant de son argent, soit en l'assistant de ses conseils par un échange fructueux de parole, soit en lui rendant tous les autres services qu'on est capable de lui rendre. Il ajoute " Rien n'est si agréable à Dieu que de sacrifier sa vie à l’utilité publique de tous ses frères. C'est pour cela que Dieu nous a honorés de la raison". L'homme qui avait un talent ne voulais pas changer : il n'a pas voulu utiliser son talent, en voyant son maître il s'avança et dit " Seigneur, je te connaissais pour un homme dur, qui moissonnes où tu n'as pas semé... alors, pris de peur, je suis allé enfouir ton talent dans la terre, le voici, tu as là ton bien". Le troisième serviteur aurait pu bien insulter son maître, s'excuser, se repentir, voir la grâce et la miséricorde d'avoir eu l'opportunité de se racheter avec un talent. Cette parabole nous montre que Dieu nous donne la grâce et la miséricorde mais il ne nous donne pas l'obéissance. Il nous laisse le choix dans nos réponses. " En entendant ces paroles le maître répliqua : " <<<<<<mauvais serviteur fainéant, il te fallait porter mon argent à la banque, j'aurais recouvré mon bien avec intérêt". Et le seul talent du mauvais a été donné à celui qui en avait dix ! "Cas a tout homme qui a l'on donnera et il sera dans l'abondance, amis à celui qui n'a pas on enlèvera même ce qu'il a " dit Jésus. Que Dieu nous aide à vivre en chrétiens. Prenons les talents que nous avons reçus, la grâce et la miséricorde, afin que nous puissions changer et devenir à l'image du Christ !
Le 20/09/2015 par admin- Commentaires  (1)
18 Dimanche 15° apres...
Dimanche 15° après la pentecôte - Le plus grand commandement
 
Monseigneur Dominique nous explique le plus grand commandement et que les Évangiles en parle à plusieurs reprises. L’Apôtre nous dit " Dieu dit : La lumière brillera au sein des ténèbres. Elle a brillé dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Jésus Christ". Cette phrase résume l’Évangile du jour. C'est par Jésus Christ qu'il est possible pour nous de voir la gloire de Dieu. Il a vécu comme un homme, il a vécu dans sa chair ce que tout homme vit, afin que nous puissions obtenir la connaissance de Dieu. Celui qui a brillé avant toute chose a apporté la Lumière dans nos cœurs. Mais pour que cette Lumière nous éclaire totalement, nous devons comprendre comment vivre. La mission du Seigneur n'a pas seulement été de nous dire que nous étions capables de le suivre mais aussi de nous enseigner comment faire. L’Évangile de Matthieu poursuit en disant ;" Nous portons ce trésor dans des vases d'argile afin que cette grande puissance soit de Dieu et non de nous". Quel est ce trésor ? Comment, nous, pêcheurs recevons nous le trésor de Dieu ? Le Seigneur accomplit tout le temps un miracle pour nous en particulier quand nous recevons les Saints Mystères tous les dimanches à la liturgie. Pourtant, nous ne nous sentons pas complètement brûlants de l'incendie qui est en nous. N'est ce pas une énigme ? Pourquoi cette tiédeur chez le chrétiens ? La réponse est surement dans le fait que nous sommes des vases d'argile. Si nous n'avions pas lutte pour devenir juste nous ne pourrions pas apprécier la sainteté. Nous serions fiers. Car la plus douée des créateurs peut se transformer en "Diable". En nous faisant vases d'argile, le Seigneur veut nous protéger de cette maladie. Nous avons beaucoup de faiblesses, nous voulons nous corriger mais nous ne pouvons pas. Mais si cela se fait lentement nous deviendrons plus forts, plus capables... ça doit être dans " le temps du Seigneur" afin que nous ne nous donnions pas de crédit à nous mêmes. La Lumière de Dieu est en nous, mais elle ne vient pas de nous. Dieu a été avant toute chose et maintenant il demeure en nous ! Quel merveilleux privilège d’être chrétiens ! mais un chrétiens doit toujours être conscient que rien ne vient de lui-même. Ainsi lorsque nous péchons, laisons nous humilier, laissons Le nous rappeler que nous sommes faibles et que sans Dieu nous sommes nus. Saint Paul dans l’Épître du jour nous dit : " Nous sommes pressés de toutes parts, mais réduits. Nous sommes perplexes mais non dans le désespoir, persécutés mais non abandonnés, abaissés mais non détruits. Portant toujours dans notre corps la mort du Seigneur Jésus afin que la vie de Jésus puisse être manifestée dans notre corps." Notre vie doit être celle du Christ ; vivre comme il a vécu, ressentir comme il a ressentie, réagir comme il a réagi, a chaque instant il était en train de mourir. Sa seule raison pour laquelle il est venu dans le monde ! Il nous a dit de le suivre, ce qui veut dire que nous aussi nous devons mourir mais d'une mort qui donne la joie... la mort des choses inutiles, le dépérissement de nos péchés, l’égoïsme, les passions qui obscurcissent la lumière que nous sommes ! Le christianisme est beau et nous devons ressentir cette beauté. savoir que celui qui a crée les cieux, qui Était avant les cieux, vit en nous pécheurs et qu'il nous aide à nous améliorer, c'est merveilleux ! Nous ne pouvons pas vivre éternellement sur cette terre car elle même est entrain de passer, mais le Seigneur nous donne la possibilité d'éternité si nous vivons comme il nous l'a montré. Notre Eglise aime les Saints, leurs icônes sont sur les parois des murs , nous prions pour eux et ils font partie de notre vie quotidienne, c'est parce qu'ils reflètent le Christ et que tout ce qui reflète le Christ nous fascine ! Le Seigneur est venu, il s'est fait homme pour nous, il nous a rendus capables d'avoir la vie éternelle, de devenir Saint. Pour que cela s'accomplisse nous devons entrer dans l'esprit du Christ et son esprit n'est pas fermé, il est très ouvert et nous invite. La seule façon de comprendre est de faire ! Vivre en chrétiens. Si nous avons des problèmes allons vers le Seigneur dans la prière, ne pas désespérer, demander de l'aide. Cela ne veut pas dire que nous n'aurons pas des difficultés (financier ou lettre recommandée de facture impayé) de la tristesse : toutes ces choses humaines, le Christ lui-même les a vécues, mais il a lutté en mourant tous les jours. Alors nous aussi nous devons mourir, n'ayons pas peur de nous débarrasser de ce qui est déjà une plaie purulente de nos maux, nos désirs pour nous même, notre désir de confort, nos inquiétude de peurs du lendemain. Vivons comme Jésus Christ a vécu et il nous rendra capables de le faire.
Le 13/09/2015 par admin- Commentaires  (1)
17 Dimanche 14° apres...
Dimanche 14° après la pentecôte - La robe nuptiale
 
Monseigneur Dominique nous explique et à réfléchir sur cette parabole de la robe nuptial. " Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle". " Bienheureux sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la garde". Dans l’Évangile Matthieu, Jésus nous permet de comprendre ce qu'est le véritable bonheur (les béatitudes) qui consiste à apprendre du Christ, à vivre comme il nous l'a enseigner plusieurs fois et démontré dans cette parabole afin d'avoir la vie éternelle. Le mariage représente l'union de deux personnes qui ont choisi de se chérir et de se respecter jusqu'à la fin de leur vie et les noces sont l'occasion pour les deux familles des époux de partager le bonheur de l'amour de leurs enfants. Le mariage est une image de salut que Dieu veut donner. Pour Saint Paul c'est un mystère que nous ne pouvons même pas comprendre. Dans cet Évangile le mariage est utilisé aussi pour faire allusion à ce que sera notre salut à la joie de connaitre notre Seigneur. La sortie du royaume est le résultat de quatre types de comportements qui sont indiqués tout au long de la parabole. " Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils et qui envoya ses serviteurs appeler les invités; mais eux refusèrent de venir à cette invitation." Ces invités sont comme des graines dispersées sur le long d'un chemin, le sol est broyé par le martèlement des sabots, des pieds et des roues de charrette. Et la graine ne peut pas prendre racine, elle est emportée et mangée par les oiseaux du ciel. Ils sont indifférents, n'ont pas d'inquiétude et refusent l'invitation. Les serviteurs qui sont venus les chercher sont les prophètes venus apporter la bonne nouvelle, mais les personnes les ont ignorés. Aujourd'hui encore nous sommes appelés à fêter le mariage mais la plupart ne veulent pas entendre la parole de l’Évangile qui nous dit exactement comment nous devrions vivre. Leurs âme n'est pas touchés, elle est trop absorbée par les choses de ce monde. Le roi envoya encore d'autres serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces. Pour la deuxième fois les invités sont appelés, c'est un message important de la parole de Dieu. Nous sommes toujours appelés à travers les Écritures, les enseignements de l'Eglise, toutes les manifestations de la Vérité divine. Nous sommes conviés par notre conscience qui nous appelle encore et encore, pas seulement deux fois, trois fois, mais plus de sept fois soixante dix sept fois ! A chaque moment Dieu parle à notre conscience et nous appelle. Les serviteurs apportèrent le message : " Voici que j'ai mon festin à point; mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés, tout est prêt ; venez aux noces ! ". mais ils n'en tirent aucun compte et s'en allèrent, qui à son champ, qui à son négoce .... Ce sont ceux qui sont étouffés par la vie matérielle. ils ont peut-être un certain intérêt pour Dieu, mais pas suffisamment pour s'éloigner de leurs fermes, qui symbolisent leur corps, c'est à dire ce qui est lié à la chair, les convoitises, les plaisirs de la vie et tout ce qui nous éloigne des commandements de Dieu. Aujourd'hui beaucoup se nomment chrétiens sans aller à l'église ! Regardons au fond de nous même si nous sommes aussi des hommes d'action. " Les autres invités saisirent les serviteurs, les outragèrent, et les mirent à mort ". Les prophètes ont été tués par les Juifs ; les Apôtres, des évêques, des prêtres, des diacres et confesseurs de toutes sorte qui ont été tués pour leur foi. Aujourd'hui il n'y a pas que les religieux, et même les laïcs se font tués pour leurs foi en Christ. Le roi en fut courroucé, il envoya ses armées fit périr ces assassins et incendia leur ville. Ces trois types de personnes n'ont pas hérité du royaume, les uns à cause de leur indifférence, les autres à cause de leurs attachements au matériel, les derniers pour avoir tué. Alors le roi dit à ses serviteurs " le festin de noces est prêt mais les invités n'en étaient pas dignes. Allez donc dans les carrefours et tous ceux que vous trouverez, conviez-les aux noces". C'est parce-qu'il aime son peuple que Notre Seigneur a envoyé ses Apôtres et aujourd'hui l'Eglise pour qu'en écoutant la parole nous vivions l’Évangile. c'est un appel qui vient de l'intérieur, de notre propre âme. Celui qui suivra cette voix de l'intérieur sera sauvé. Celui qui vit le christianisme comme une chose extérieure, qui justifie en se trouvant des excuses pour assister trop peu souvent aux services saints se trompe. Nous devons chercher à l'intérieur si nous nous trouvons des excuses, des faux prétextes pour ne pas répondre avec notre cœur. "Ainsi les serviteurs rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent : les mauvais et les bons et la salle de noces se remplit de convives". Le bon et le mauvais ont été amenés dans le royaume et introduits dans le hall de mariage. Comme le veut la coutume ils étaient vêtus de leur habit de noces. Le bon et le mauvais sont baptisés dans l'Eglise et reçoivent tous un habit de noces. " Le roi aperçut un homme qui ne portait pas un habit de noces. Mon ami lui dit-il, comment es-tu entré ici sans avoir l'habit de noces ? L'homme reste sans voix ! Il s'agit de la quatrième voie erronée. Cet homme a voulu profiter des bonnes choses que le roi avait préparées et qui étaient pour les élus. Nous perdons notre âme en prenant les bienfaits que Dieu nous a donnés et en changeant pas. Le connaitre ne suffit pas, nous devons vivre selon ce que nous avons appris. Changer, c'est le but de notre vie... devenir comme Christ, mettre le vêtement de noce et aller dans la salle du mariage pour participer à toutes les choses que nous ne méritons en aucune façon mais que Dieu nous donne à cause de son grand amour.
Le 06/09/2015 par admin- Commentaires  (1)
16 Dimanche 13° apres...
Dimanche 13° après la Pentecôte - Les vignerons homicides
 
Monseigneur Dominique appel a réfléchir sur sur cette homélie. Notre Seigneur Jésus annonce sa mort prochaine. Il nous a déjà préparés à son départ par des prophéties mais aujourd'hui il utilise la parabole des vignerons. Cette parabole se rattache au thème biblique de la vigne que les Prophètes ont utilisé afin qu'apparaisse l'amour nuptial de Dieu envers son peuple d'Israël. Parmi les prophètes Isaïe, l'extrait qui suit nous fait comprendre la similitude du message avec la parabole des vignerons. " Que je chante à mon ami le chant de son amour pour la vigne ! Mon ami avait une vigne sur un coteau fertile, il la bêcha, il l'épierra, il planta du muscat au milieu il bâtit une tour, et il y creusa même une cuve. Il en espérait du raisin mais elle lui donna du verjus. Et maintenant, habitants de Jérusalem et gens de Juda, soyez juges, je vous prie entre ma vigne et moi, vous-mêmes soyez juges. Que pouvais-je faire pour ma vigne que je n'aie fait ? J'en espérais du raisin, pourquoi simplement du verjus ? Eh bien ! Je vais vous apprendre ce que je vais faire de ma vigne ; en ôter la haie pour qu'on la broute, en abattre le mur pour qu'on la piétine, qu'elle soit saccagée, non plus taillée et cultivée. Sur elle, épines et ronces, j'interdirai aux nuages d'y laisser pleuvoir la pluie. Et conclut le prophète Isaïe, la vigne de Yahvé Sabaoth c'est la maison d' Israël et les gens de Juda en sont choisi. Il en attendait l'innocence et c'est du sang ; il en attendait le droit et c'est le cri d'effroi. L'histoire d'Israël est semblable à la parabole du jour. Ses prophètes ont été mis à mort et Jean-Baptiste, le plus grand est le dernier. Jésus s'annonce comme Le prophète en reprenant à son compte les anciennes prophéties. Quand il parle des vignerons il fait référence aux chefs du peuple, les serviteurs sont les prophètes maltraités, chassés est mis à mort.
Le dernier envoyé, le fils est vraiment le Seigneur Fils de Dieu, devenu fils de l'homme pour notre salut qui est descendu jusqu'à la vigne. Dans la parabole le fils est accueilli par des cris " Venez, tuons-le !" La foule s'est adressé à Pilate en s'exclamant " Crucifie-le ! Crucifie-le !" Dans la parabole il est dit : " Ils le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent". C'est hors des murs de Jérusalem que le Christ a été crucifié. Jésus au delà de l'annonce de sa mort, identifie aussi les vignerons de la parabole : ce sont ceux qui sont à la tête du peuple. Ce sont les grands prêtres et les pharisiens, ceux qui avaient été appelés pour faire paître les brebis et les agneaux, le troupeau de Dieu. Les paraboles ont été inscrites dans les Évangiles et l'Eglise de siècle en siècle nous transmet des messages. La vigne prophétisée depuis les temps anciens " Regarde Seigneur, jette du haut du ciel ton regard sur cette vigne que tu as plantée et affermis la" dit un psaume, cette vigne, c'est l'Eglise, c'est le nouvel Israël héritier du Nouveau Testament et nous en sommes ses membres, ses enfants, enfants d'Abraham selon l'Esprit. Aujourd'hui, comme au temps de la parabole, le jugement de Dieu s'opère de la même manière. Lorsque tous les pasteurs qui ont la charge, la responsabilité, la grâce d'être les serviteurs de Dieu et de ce peuple dont nous sommes les membres oublient l'appel de Dieu, ne comptant que sur leur propre force, intelligence et sagesse, lorsqu'ils se laissent séduire par des ambitions terrestres entraînant des querelles entre églises orthodoxes, à l'intérieur même des églises et des paroisses alors nous crucifions encore et encore le Fils de Dieu devenu homme pour nous sauver. Le jugement de Dieu s'opère et s’opérera pour les siècles des siècles sur l'Eglise et sur ceux qui en ont la charge. C'est une grande responsabilité que de faire paître le troupeau de Dieu. Et nous devons nous-mêmes peuples de Dieu prier le Seigneur afin qu'il veille sur nos prêtres et évêques, théologiens et que l'humilité, la disponibilité, la discrétion et la sagesse s'expriment dans notre vie. Être serviteur de Dieu en s'oubliant soi même pour que l'Eglise qui vit une période très difficile s'ouvre dans la grâce, dans l'amour, l'humilité, dans le dialogue avec tous les chrétiens. Que Dieu nous donne de prier pour tous ceux qui servent notre Eglise Orthodoxe afin que l'ouverture entre chrétiens mais aussi le témoignage avec ceux qui ne connaissent pas notre Seigneur puissent apporter le Lumière au monde.
Le 30/08/2015 par admin- Commentaires  (1)
 Page : 1 2 3 4 [5] 6 7 8 9


Generated in 0,022601s