Armoirie
Recherche
administration
Pseudo :
Pass :
 Enregistré
S'enregistrer
Perdu votre Pass ?

Articles

  FOI CATHOLIQUE ANTIOCHIENNE
Catégorie : Aucune
Ajouté le : 28/01/2018
Auteur : admin
Lectures : 1004
Note :  [ Evaluer ]

Ordine Andrea Di Caffa Relations avec l'Église catholique romaine . Le dialogue entre l'Église syriaque orthodoxe et l'Église catholique a été lancé sous les auspices de la fondation œcuménique Pro Oriente qui a organisé des consultations officieuses entre théologiens orthodoxes orientaux et catholiques à Vienne en 1971, 1976 et 1988. Ces consultations se sont concentrées en particulier sur les formulations christologiques. Elles ont abouti à ce qui est connu aujourd'hui comme la formulation christologique de Vienne qui a ouvert la voie aux accords bilatéraux christologiques entre les chefs des Églises. Accord entre Rome et Antioche . Le premier d'entre eux, sous le règne du patriarche Mar Ignace Jacques III d'Antioche et le Pape Paul VI aboutit à une déclaration commune publiée au Vatican le 27 octobre, 1971 signée par le patriarche Ignace Jacques III et le pape Paul VI. Déclaration commune Pape Paul VI-Patriarche Ignace Jacques III (1971)[9] « La période de récrimination et de condamnation mutuelles a fait place à une volonté de s’efforcer ensemble, sincèrement de diminuer et, éventuellement de supprimer le fardeau de l’histoire qui pèse encore lourdement sur les chrétiens. Un progrès a déjà été fait, et le Pape Paul VI et le Patriarche Ignace Jacques III d'Antioche sont d’accord sur le fait qu’il n’y a pas de différences dans la foi qu’ils professent, concernant le mystère du Verbe de Dieu, fait chair et devenu réellement homme même si, au cours des siècles, des difficultés ont surgi des différentes expressions théologiques par lesquelles cette foi était exprimée. » Ce dialogue s'est poursuivi par leurs Saintetés Patriarche Mar Ignace Zakka Ier Iwas, et le pape Jean-Paul II et a abouti à une déclaration commune le 23 juin 1984 à Rome. Déclaration commune Pape Jean-Paul II-Patriarche Ignace Zakka Ier Iwas (1984)[10] « Tout d’abord, Leur Saintetés confessent la foi des deux Églises, formulée par le Premier concile de Nicée en 325, exprimée dans le Credo de Nicée. Les mésententes et les schismes qui sont survenus dans les siècles suivants entre les deux Églises, — ils le reconnaissent aujourd’hui — n’atteignent pas la substance de leur foi, étant donné que ces difficultés ont surgi seulement pour des raisons de divergences dans la terminologie, de différences culturelles, de formulations variées préconisées par diverses écoles théologiques pour exprimer la même réalité. C’est pourquoi, ils estiment qu’aujourd’hui il n’y a pas de fondement réel aux tristes divisions et schismes qui se sont produits par la suite entre les deux Églises en ce qui concerne la doctrine de l’Incarnation. En paroles et en actes, ils confessent la vraie doctrine au sujet du Christ Notre Seigneur en dépit des différences dans l’interprétation de cette doctrine qui ont eu lieu au temps du Concile de Chalcédoine. Nous voulons donc réaffirmer solennellement notre profession de foi en l’Incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ, telle que l’ont déjà déclarée en 1971 le Pape Paul VI et le patriarche Ignace Jacques III. Ils ont nié qu’il existe une différence dans la foi qu’ils confessent dans le mystère du Verbe de Dieu fait chair et devenu réellement homme. À notre tour nous confessons qu’il s’est incarné pour nous, en prenant pour lui-même un corps réel avec une âme raisonnable. Il a partagé en toutes choses notre humanité à l’exclusion du péché. Nous confessons que notre Seigneur et notre Dieu, notre Sauveur et Roi de l’univers, Jésus-Christ, est Dieu parfait pour ce qui est de sa divinité et homme parfait pour ce qui est de son humanité. En lui sa divinité est unie à son humanité. Cette union est réelle, parfaite, sans mélange, sans commixtion, sans confusion, sans altération, sans division, sans la moindre séparation. Lui qui est le Dieu éternel et indivisible est devenu visible dans la chair et a pris la forme du Serviteur. En lui sont unies de façon réelle, parfaite, indivisible et inséparable l’humanité et la divinité et toutes leurs propriétés sont en lui présentes et agissantes. Ayant donc une même conception du Christ, nous confessons aussi une même conception de son mystère. Incarné, mort et ressuscité, notre Seigneur, Dieu et Sauveur a vaincu le péché et la mort. Par lui, durant le temps entre la Pentecôte et la seconde venue, période qui est aussi la fin des temps, il est donné à l’homme de faire déjà l’expérience de la nouvelle création, royaume de Dieu, ferment transformant (cf. Mt 13,33) déjà présent parmi nous. Pour cela Dieu s’est choisi un peuple nouveau, son Église sainte qui est le Corps du Christ. Par la Parole et les sacrements, l’Esprit-Saint agit en elle pour appeler tous les hommes et en faire des membres de ce Corps du Christ. Ceux qui croient sont baptisés dans l’Esprit au nom de la Sainte Trinité pour former un seul corps et, par le sacrement de l’onction de la confirmation, leur foi est accomplie et fortifiée par ce même Esprit-Saint. »
  

Les 4 derniers commentaires

Auteur Commentaire
Aucun commentaire dans la base de données
Commentaires : 0 
[ Consulter tous les commentaires ]
Pseudo :

Generated in 0,027623s